Le’Trouble du jeu’ est officiellement un trouble de santé mentale, annonce l’OMS

E3 vient de se terminer à L.A. avec de bonnes nouvelles pour les joueurs (et surtout pour les fans de Super Smash Bros). Aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la santé a livré son propre type de nouvelles sur les jeux vidéo : les mauvaises.

L’OMS a annoncé lundi que le jeu vidéo compulsif est un nouveau trouble de santé mentale. Appelée ” trouble du jeu “, cette affection sera ajoutée à la Classification internationale des maladies de l’OMS, sur la base de la recherche et du besoin de traitement dans le monde entier.

Le simple fait d’avoir une nouvelle obsession pour Fortnite et un score élevé impressionnant à la FIFA ne signifie pas que quelqu’un souffre d’un trouble du jeu. C’est plus nuancé. Selon le Dr Vladimir Poznyak de l’OMS, trois critères majeurs sont nécessaires pour diagnostiquer un trouble du jeu, selon les rapports de CNN :

Le jeu prend le pas sur d’autres activités, “dans la mesure où d’autres activités sont prises à la périphérie”, a-t-il dit.

Les jeux vidéo continuent d’être joués en dépit des conséquences négatives, c’est-à-dire “un contrôle altéré de ces comportements”, a-t-il dit. Le jeu compulsif entraîne des tensions importantes sur le fonctionnement personnel, familial, social, éducatif ou professionnel, affectant les relations et la santé, a-t-il dit.

Un représentant de l’OMS a estimé que 2 à 3 % des joueurs de jeux vidéo répondent aux critères du trouble du jeu. Mais le Dr Mark Griffiths de l’Université Nottingham Trent, qui étudie les jeux vidéo depuis 30 ans, a estimé que le trouble du jeu touche moins de 1 % des joueurs et que beaucoup d’entre eux auraient d’autres problèmes de santé mentale comme la dépression, le trouble bipolaire ou l’autisme.

“Si les jeux vidéo interfèrent avec les fonctions attendues de la personne – qu’il s’agisse d’études, de socialisation ou de travail – il faut alors être prudent et peut-être chercher de l’aide “, a-t-il déclaré au Washington Post.

Une chose est claire : il faut faire plus de recherche pour donner aux professionnels de la santé des lignes directrices sur le traitement des troubles liés au jeu et pour s’assurer que les critères sont exacts (et pas trop vagues).