Les meilleures chansons de 2018 (Jusqu’à présent)

Félicitations, vous avez déjà fait le premier pas vers une longueur d’avance cette année dans le domaine de la musique nouvelle. Si vous voulez connaître les meilleures nouvelles chansons de 2018 avant les listes de fin d’année (ou avant que tous vos amis les écoutent), alors vous êtes au bon endroit. Si vous voulez être la personne qui dit : « Avez-vous entendu[insérer la bonne chanson ici] », alors jetez un coup d’oeil à cette liste de nos meilleures chansons de 2018. Nous le mettrons à jour tout au long de l’année, alors revenez nous voir.

PUSHA T – « The History of Adidon »
L’été chirurgical a officiellement débuté le 29 mai 2018. Une décennie de bœuf grésillant dans le sous-texte du hip-hop, explosé dans le morceau diss le plus vicieux depuis des années avec « The Story of Adidon » de Pusha T. C’est une chanson qui démantèle complètement la bonne personne de Drake, mettant à part son utilisation alléguée d’écrivains fantômes et de rumeurs d’enfants avec une ancienne star du porno. La réponse de Drake à « l’infrarouge » de Pusha était bonne, mais « The Story of Adidon » a amené ce fief à un statut mythique. Il n’y a peut-être jamais eu de morceau aussi rhétorique, calculé et dommageable que ce que Pusha a écrit (Drake a même été forcé de publier une explication de l’art douteux de l’album). C’est l’une des plus grandes diss tracks de l’histoire du rap, et l’une des chansons qui ont le plus changé la donne de l’année.

CHILDISH GAMBINO – « This is America »
L’ampleur de l’œuvre artistique de Donald Glover est si incroyable qu’il en a même fait un gag dans son monologue d’ouverture du Saturday Night Live. La musique, les films, la télévision, les dessins animés, l’écriture – la liste de ses talents ne s’arrête pas là. D’un surnom hip-hop ludique, le personnage Childish Gambino de Glover s’est transformé en quelque chose de complètement inattendu avec son troisième album, Awaken, My Love, qui a remporté un Grammy. Sur ce disque, il est passé du rap à une collection de soul et de R&B. Mais après le succès de ce pivot, il le fait à nouveau avec le choc et le brillant « This Is America ». La chanson, et la vidéo qui l’accompagne, est une critique surréaliste de la race et de la violence dans ce pays. Et c’est une autre pièce essentielle du catalogue de Glover.

A$AP ROCKY, FRANK OCEAN – « Purity ».
L’une de ses contributions musicales depuis Blonde, Frank Ocean apparaît dans le titre de clôture de A$AP Rocky’s Testing pour mener l’album à une conclusion pensive. S’inspirant du chef-d’œuvre d’Ocean, « Purity » est ancré par une guitare douce et bouillonnante. Ici, l’équipe de production Finatic N Zac, Dean Blunt et Rocky mélange dans la formule d’Ocean un échantillon de « I Gotta Find a Peace of Mind » de Lauryn Hill. A travers tout cela, Ocean et Rocky recherchent une clarté d’esprit libérée des marques, Xans et de l’amour. Ocean a toujours eu sa propre vision romantique du monde, qui peut être décrite dans cette chanson avec ses paroles : « Un clin d’œil et je suis en pré-cummin’ / Ça pourrait transformer tout le monde en quelqu’un. »

MITSKI – « Geyser »
Tout comme la formation géologique, le « Geyser » de Mitski est une éruption que vous pourriez manquer si vous regardez ailleurs. Au bout de deux minutes et demie, le premier single de Be the Cowboy ne vous donne pas envie d’en faire plus, mais il n’est pas incomplet. D’une manière ou d’une autre, elle empaquete une construction linéaire transformatrice dans un court laps de temps. C’est une déclaration concise et belle sur la passion et le sacrifice.

BEACH HOUSE – « Drunk in LA »
Beach House a été l’un des groupes indie les plus constants des années 2000, publiant régulièrement de la musique qui semble devoir être jouée à un bal de fin d’année très triste et très cool. Et « Drunk in LA » pourrait bien être la Beach House dans sa forme la plus pure – une méditation patiente et solitaire sur les couloirs vides des lycées, les nuits ivres et les rêves sans issue. Comme beaucoup de musique de Beach House, le titre est hypnotique, mettant l’auditeur dans une transe nostalgique.

Image result for beach house music

CARDI B – « I Do ».
En conclusion de son brillant premier album, Cardi B fait venir SZA, une autre étoile montante, pour proclamer « Je pense que nous, les mauvaises garces, c’est un cadeau de Dieu ». Dans son refrain, SZA raps qu’elle laisse un gars en lecture parce qu’elle en avait envie, qu’elle fait ce qu’elle veut. Il résume essentiellement l’ensemble du message de Cardi B sur l’autonomisation des femmes qu’elle a établi tout au long de l’album. Cette chanson, point culminant de l’album, agit comme une déclaration de conclusion et un appel à l’action : « Voici un mot à mes dames / Ne donnez à ces négros aucun (n’en donnez aucun) / S’ils ne peuvent pas vous enrichir, ils ne peuvent pas vous faire venir. »

DRAKE – « Nice For What? »
Drake a une année d’enfer. Il n’a sorti que trois chansons, mais toutes ont été de véritables pétards. Avec un échantillon tournant de « Ex-Factor » de Lauryn HIll, Drake double son truc de bon gars, rappant sur la confiance en soi féminine – à la fois en ligne et IRL. Il raconte l’histoire d’une femme qui fait ses propres affaires : payer ses factures, aller en boîte, vivre sa vie sans partenaire ou « sans mention ou sans suivre ». En fait, c’est une si bonne chanson qu’elle a même obtenu l’approbation de Lauryn Hill lorsqu’elle l’a reprise en concert à la fin avril.

SOCCER MOMMY – « COOL ».
Nous savons tous – ou nous savons tous – que cette personne. Celui qui brise les coeurs, celui qui s’est défoncé, celui qui était si cool sans effort et qui faisait l’envie de tout le monde à l’école. C’est l’histoire de l’insécurité et de l’obsession qui transcende le drame adolescent de « Cool » de Soccer Mommy. Et, d’une certaine façon, c’est réconfortant de savoir que vous n’êtes pas le seul à juger et à convoiter la vie de quelqu’un en silence. Sans effort, relatable et délicieusement honnête, Soccer Mommy peut faire en sorte que nos doutes les plus profonds sur nous-mêmes semblent beaucoup plus universels.

SABA – « LOGOUT »
Il y a quelque chose de si poétique dans le fait qu’un rappeur de Chicago chante sur le simple fait de se déconnecter. « Si vous appuyez sur logout, on vous oublie / Qu’est-ce qu’un post, mais un rappel juste comme nos vies sont ennuyeuses ar-ar-ar-ar-ar-are / Regardez comme je m’amuse / N’ain’t’ aucune beauté en l’absence, de broadcastin’ à vos followers ». Avec le recul, cela semble être une déclaration très perspicace étant donné ce que le rappeur le plus en vue de Chicago a fait à la fin du mois d’avril. Aux côtés de Chance le rappeur, il est bon de savoir qu’une nouvelle génération d’artistes de Chicago l’obtient.

LET’S EAT GRANDMA – « Falling Into Me ».
Le meilleur nom de groupe des années 2010 va certainement à Let’s Eat Grandma – un nom à la fois bizarre, mais qui parle aussi à une génération agitée et déçue de celle qui l’a précédée. Ou, c’est juste bizarre, ce qui est toujours rafraîchissant en musique. Et ce duo pop britannique apporte un son capable d’apporter une certaine variation aux stations de radio du Top 40. Sur « Falling Into Me », ils trouvent une clarté absolue parmi les synthés clignotants et même un outro de saxophone.

SNAIL MAIL – « Pristine ».
Le premier single de Matador, « Pristine » de Snail Mail est tout aussi intime et sage que ses premiers enregistrements dans la chambre à coucher, mais avec le poli qu’une maison de disques peut fournir. Lindsey Jordan, la frontwoman de 18 ans du groupe, a été qualifiée de prodige de la musique. Et sur « Pristine », elle montre sa maîtrise de la composition, créant une ode charmante et inoubliable à la frustration et à l’angoisse de l’adolescence. C’est sage au-delà de ses années, tant en termes d’analyse de conscience de soi que de construction de chansons.

Image result for drake

COURTNEY BARNETT – « Need a Little Time »
Alors que Courtney Barnett est surtout connue pour son rock détendu, Courtney Barnett l’échange souvent avec quelques titres plus sombres sur chaque album. Elle a ralenti sur des points forts comme « Anonymous Club » et « Depreston », mais « Need a Little Time » représente la partie la plus complète de son catalogue. Ayant évolué comme l’un de nos nouveaux auteurs-compositeurs les plus prometteurs, « Need a Little Time » s’avère être une étape mature et dynamique pour Barnett, une étape qui sera probablement le point de départ d’un succès plus grand public.

ANDERSON .PAAK – « Til it’s Over »
Paak a connu une année de rupture en 2016 avec son album de deuxième année, Malibu. C’était un album de janvier assez fort pour rester dans l’esprit de tout le monde pendant les 12 mois suivants, et il est arrivé près du sommet de chaque liste de fin d’année et lui a valu ses deux premières nominations aux Grammy aux prix du Meilleur nouvel artiste et du Meilleur album urbain contemporain. Il ne s’est pas arrêté là non plus, apparaissant sur plus d’une douzaine de titres depuis et sortant un album avec son side-project NxWorries. Aujourd’hui, il revient avec son premier titre solo depuis Malibu. « Til It’s Over » est une confiture décontractée et trippy qui contemple la mortalité et l’originalité. Et bien que je déteste dire qu’il a fait ses débuts sur une publicité Apple, la superbe vidéo ci-dessus a été réalisée par Spike Jonze et met en vedette FKA Twigs.

LEON BRIDGES – « Bad Bad News ».
Malgré toutes ses vibrations de retour, Leon Bridges est tout sauf un numéro de nostalgie. Il est enraciné dans les classiques, mais il est capable de transporter cela jusqu’à aujourd’hui. Il nous rappelle les grands du R&B, du jazz et du blues, tout en s’imposant comme une voix moderne qui n’est pas seulement en contact avec son passé, mais qui écoute ce qui se passe en ce moment. « Bad Bad Bad News » est un salon, un numéro de big band, avec des cris, des solos de guitare lisses et un message que si vous avez du style et de la grâce, vous pouvez traverser n’importe quoi. Ça veut dire que Bridges est invincible.

KACEY MUSGRAVES – « GRAND CHEVAL ».
Si vous jouez à quelqu’un « High Horse », il faudra peut-être quelques suppositions avant qu’ils ne l’identifient comme une chanson country. Ce rythme de quatre à l’étage avec la guitare funky Nile Rodgers, cette basse éclatante – aucun de ces éléments de country ne devrait être sur un tube de l’une des étoiles les plus brillantes du genre. Mais les éléments sont là : l’imagerie lyrique et les références médio-américaines, le solo de guitare slide légère, le banjo, les cordes acoustiques de fond. C’est comme un clignement des genres qui crée un son entièrement propre à Musgraves. Certains la comparent souvent à Taylor Swift en tant qu’artiste country avec un potentiel de croisement majeur. Mais moins une marque que son homologue, Musgraves a plus en commun avec des gens comme Sturgill Simpson ou Chris Stapleton, qui traversent la frontière en se basant uniquement sur leurs capacités musicales.

JANELLE MONAE – « Make me Feel »
Janelle Monae peut faire tout ce qu’elle veut. Elle peut jouer dans un film qui remporte le prix du meilleur film. Elle peut être une pop star. Elle peut faire du funk afrofuturiste. Elle peut faire de l’électro élastique’80s R&B comme « Make Me Feel » – une chanson qui embrasse toute l’énergie sexuelle de Prince que l’on peut presque sentir ces bruits de bouche mélangés dans le beat.

Image result for cardi b

SUPERCHUNK – « What a Time to be Alive ».
Combien de fois avons-nous entendu cette phrase au cours de la dernière année ? Mais aucune chanson n’a résumé cette époque de manière plus succincte – sans mentionner le nom d’un certain leader mondial – que Superchunk. Le titre hymne du nouvel album est une observation collective cathartique sur l’état dans lequel nous nous trouvons actuellement : « Voir la pourriture sans déguisement / Oh quel temps pour vivre / La racaille, la honte, la honte, les mensonges. »

SOB X RBE – « Lifestyle »
Il y a un équilibre parfait sur les pistes SOB X RBE. Les chœurs séduisants du club de Yhung T.O. sont l’emballage parfait pour des vers percutants et dangereux. Prenez « Lifestyle » par exemple, où Yhung T.O. chante dans le chœur, « Je me souviens de longues conversations avec ma cousine par téléphone / RIP tous mes nègres morts et partis / Donnez tout pour vous ramener et ramener mes nègres à la maison ». Elle est suivie d’un couplet d’ouverture de Slimmy B où il parle de gens qui se font assassiner aux feux rouges.

U.S. GIRLS – « Rosebud ».
« Qu’est-ce que ton Rosebud, tu dois savoir », demande le chœur de « Rosebud » des U.S. Girls. Il peut s’agir d’une référence au Citizen Kane d’Orson Welles, dans lequel un traîneau nommé « Rosebud » représentait l’innocence et le bonheur abandonnés de Charles Foster Kane. Cette chanson elle-même a un aspect vocal obsédant, comme si des souvenirs à moitié oubliés se frayaient un chemin dans votre subconscient.

MORMOR – « Heaven’s Only Wishful »
Dans l’une de ses rares entrevues, le producteur et chanteur torontois MorMor a dit à Pigeons and Planes qu’à l’école,  » j’ai continué à chercher des enfants comme moi, mais cela ne s’est jamais produit. Au final, ça m’a donné une bonne perspective. » Vous pouvez entendre cette solitude, cette auto-recherche dans sa première chanson, « Heaven’s Only Wishful ».

JPEGMAFIA –  » Maculay Culkin « .
Je serai le premier à admettre que JPEGMAFIA ne convient pas à tout le monde. Il incarne la véritable esthétique punk de SoundCloud hip-hop. Il est artistiquement hyperactif – il a déjà sorti trois albums de lo-fi rap frénétique cette année. Ces albums ont des chansons comme « I Cannot Fucking Wait Until Morrissey Dies » et « Libtard Anthem ». Mais sous ce provocateur abrasif se cache un parolier convaincant, et lorsqu’il le rabaisse un peu, comme sur « Macaulay Culkin », l’écriture brille vraiment. Sur une guitare perdue et mélancolique, il raps Orange est la référence New Black et admet : « Je joue mes albums de l’avant vers l’arrière et je fais en sorte qu’ils soient importants ».